Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/19801
Title: Eksperyment w zakresie czasu pracy
Other Titles: Essai expérimental dans la sphère de la durée du travail dans la métallurgie
Authors: Adamski, Franciszek
Issue Date: 1967
Publisher: Wydział Prawa i Administracji UAM
Citation: Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 29, 1967, z. 1, s. 247-259
Abstract: Il faut compter l'année 1962 comme année décisive dans l'histoire de la métallurgie polonaise. Non seulement les autorités de l'industrie métallurgique mais également des milliers d'ouvriers, employés dans les sections qui adoptèrent le système de travail par quatre équipes, exprimèrent leur approbation. Pour pouvoir comprendre l'essence de ce problème et la réaction véhémente des travailleurs de l'industrie métallurgique, il faut se rendre compte de l'état de choses prévalant jusqu'ici et étant en igueur dans les sections de travail à mouvement continu. L'organisation du temps de travail dans une usine étallurgique condamnait l'ouvrier à un travail discontinu durant tout le mois. Le fait, qu'il était obligatoire de travailler tous les jours, les dimanches et jours fériés inclus, devait occasionner maintes suites éfavorables autant pour la santé que le bien-être, devait jouter sur la vie de famille, la relation à la profession et généralement à toute l'organisation de l'industrie du ressort donné. Ces suites défavorables avaient une influence très prononcée sur le niveau du rendement de travail, comme résultat du surmenage de l'équipage; sur la possibilité de profiter de l'équipement de l'usine sous rapport de machines; faisaient naître une tendance de l'équipage à fluctuer outre mesure, et à s'absenter du travail etc. Pour remédier à cette situation, on introduisit dans la métallurgie en Pologne, sur la base des expériences de l'industrie des pays européens de l'Ouest et dans l'URSS, un système de travail à quatre équipes, ce qui donne à l'ouvrier jusqu'à 7—8 jours libres au cours du mois, en assurant les mêmes (sinon de meilleurs) salaires. Après avoir travaillé durant quatre jours consécutifs, l'ouvrier employé dans ce système, jouit de deux jours libres, ce qui lui donnent mensuellement 7—8 jours fériés. Il est évident qu'une innovation de cette sorte a du occasionner de sérieuses modifications dans la vie de l'ouvrier, surtout par égard à ses loisirs, sa relation au travail et à sa profession. Pour le fonctionnement des entreprises il s'en suivirent également de graves conséquences, autant d'organisation (la nécessité d'engager un nombre additionnel de mains-d'oeuvre), éducatifs (patronage des façons de passer les jours libres) et de production (le problème d'augmentation des fonds de salaires et de croissance du rendement de travail). L'article examine certains résultats d'études sociologiques, réalisées par l'auteur en rapport à cette question, dans plusieurs usines de métallurgie dans la région de Haute Silésie. Une plus ample publication de l'auteur à ce sujet va être publiée en 1967 dans l'édition „Śląsk" („Silésie").
Sponsorship: Digitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016
URI: http://hdl.handle.net/10593/19801
ISSN: 0035-9629
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1967, nr 1

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
017 FRANCISZEK ADAMSKI RPEiS 29(1), 1967.pdf1.62 MBAdobe PDFView/Open
Show full item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.