Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/20991
Title: Świadomość prawna społeczeństwa polskiego
Other Titles: Legal Consciousness of the Polish Society
La conscience juridique de la societe polonaise
Authors: Borucka-Arctowa, Maria
Issue Date: 1980
Publisher: Wydział Prawa i Administracji UAM
Citation: Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 42, 1980, z. 1, s. 153-165
Abstract: L'approche instrumentale du droit — moyen très important d'influencer la société et de réaliser des buts sociaux admis — exige de longues études systematiques sur la conscience juridique. Les études en question embrassent trois éléments: 1) la connaissance du droit, 2) l'appréciation des normes en vigueur, des institutions juridiques et politiques ainsi que les attitudes envers ces institutions, 3) les postulats éventuls concernant les modifications des dispositions. L'Institut de l'Etat et du Droit de l'Académie Polonaise des Sciences a estimé la valeur de cette problematique en créant la Section des Recherches sur la Conscience Juridique de la Société Polonaise. Les résultats atteints par la Section ont été présentés dans deux larges rédactions: „La Conscience Juridique des Ouvriers" (1974) et „Les Opinions de la Société Polonaise sur l'Application du Droit" (1978). L'hypothèse générale sur la conscience juridique formée par la structure sociale est complétée dans toutes les recherches par une hypothèse supplémentaire. Celle-ci admet que l'influence de cette variable se manifeste d'une manière différente par rapport aux opinions et aux appréciations concernant des normes et des institutions de diverses branches du droit. Ce fait mplique la concentration des recherches autour des sujets classés dans trois groupes. Ils comprennent les attitudes des personnes examinées envers les problèmes choisis du droit de travail,... du droit de famille, ainsi qu'envers les dispositions qui garantissent la protection de la propriété sociale et privée. L'estimation de l'état actuel de la connaissance et des opinions concernant les normes et les institutions juridiques choisies n'est point le but unique de ces recherches. Elles se proposent d'arriver aux origines e ces opinions,"c'est-à-dire de connaître les facteurs qui forment la conscience juridique. Les recherches ont été divisées en trois étapes. Les deux premières ont traité la conscience juridique des ouvriers et elles forment le base des études suivantes ainsi que de prochaines comparaisons. La troisième étape a été constituée par les . recherches auprès d'un échantillon national. Durant ces travaux nous sommes servis de la division en catégories socio-professionnelles, où nous avons pris en considération la profession, le niveau de [L'éducation et les aptitudes résultant de ces facteurs. Les résultats de deux premières étapes mettent en relief le fait que la connaissance et l'appréciation du droit se forment à travers le prisme du droit appliqué. En tirant la conclusion de ces remarques, durant la troisième étape on a mis l'accent sur les problèmes suivants: 1) l'appreciation de l'activité des institutions qui appliquent le droit, 2) les facteurs qui forment ces appréciations, 3) leur influence sur l'attitude des personnes examinées envers les problèmes choisis de différentes branches du droit et qui concernaient également le droit appliqué. Les résultats des recherches ont confirmé l'hypothèse principale de l'influence fondamentale de la structure sociale et professionnelle sur les opinions concernant le droit et les institutions qui rappliquent. Ils ont prouvé aussi une autre hypothèse. Les opinions sont formées en grande partie par les visions stéréotypes de d'application du droit, très profondes dans les (groupes particuliers socio-professionnels. L'appréciation de l'activité des tribunaux et des autres institutions qui appliquent le droit découle aussi des expériences tirées des contacts avec ces institutions (ce sont la fréquence des contacts ainsi que le rôle de la personne en question dans l'audience qui ont de d'importance). Les contacts directs forment les opinions des groupes socio-professionnels sur le droit et ses applications. Les résultats des recherches ont une valeur, cognitive et sont un élément de base de la création de la théorie sur la formation de la conscience juridique. Elles comprennent en même temps plusieurs constatations, très importantes pour la pratique juridique et pour la politique du droit dans le sens large du mot.
Sponsorship: Digitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016
URI: http://hdl.handle.net/10593/20991
ISSN: 0035-9629
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1980, nr 1

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
010 MARIA BORUCKA-ARCTOWA RPEiS 42(1), 1980.pdf319.75 kBAdobe PDFView/Open
Show full item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.