Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/19850
Full metadata record
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorKierek, Maciej-
dc.date.accessioned2017-10-25T17:20:34Z-
dc.date.available2017-10-25T17:20:34Z-
dc.date.issued1967-
dc.identifier.citationRuch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 29, 1967 z. 3, s. 99-111pl_PL
dc.identifier.issn0035-9629-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10593/19850-
dc.description.abstractLe concept de coordination (du latin coordinatio ~ accord, règlement, concordance des relations réciproques des éléments et de leur activité visant à la réalisation d'un but désiré) provient de la division du travail et des fonctions dans la société. Par suite de la complication croissante de la structure de l'organisation, de la haute spécialisation, morcellement de l'activité des organes particuliers de leur nombre et de la differentiation de leurs compétences — l'assurance aux organes d'état de l'uniformité de leur activité gagne en importance. La coordination est spécialement importante dans les conditions du régime socialiste dans lequel ces sont les principes du régime à centralisme démocratique et l'économie conforme au plan qui décident de sa situation et de son rôle dans le fonctionnement de l'état. La définition législative du terme de coordination-dans la littérature législative polonaise est ambiguë et énigmatique. L'auteur de l'article vise donc à dénifir la coordination du côté législatif. La coordination, comme un des éléments du gouvernement de l'état, joue un rôle autant dans le système des organes subordonnés sous rapport de la hiérarchie, que dans le système des organes décentralisés. Cependant dans le premier de ces systèmes son rôle a un sens purement fonctionnel, comme élément de subordination dans la hiérarchie. Quand à la coordination étant une institution spécifiquement juridique nous pouvons seulement en parler dans un système d'organes décentralisés, car c'est alors qu'elle se distingue sous le rapport législatif. L'auteur précise le concept législatif de la coordination en caractérisant les relations législatives réciproques des sujets au cours de l'exécution de leur activité coordinante, par voie de construction d'une relation coordinatrice spécifique — législative. Dans cette relation la position du sujet coordinant est toujours superposée à celle du coordiné. C'est en dépendance du caractère des relations qui relient le sujet coordinant au coordiné que l'activité coordinatrice peut être exécutée en passant par toutes les formes législatives de l'activité de l'administration. Dans les conditions formées par un état socialiste nous observons dans l'activité coordinatrice un renforcement spécial des formes d'activité non-autoritaires et un élément caractéristique de l'affaiblissement des décisions autoritaires coordinatrices. Ce n'est néanmoins pas le caractère de l'activité qui décide de l'essence de la coordination, mais la possibilité d'user en dernier ressort, au cas de décisions disparates, de formes d'activité autoritaires par l'organe de coordination. Delà nait un grave problème de sanctions coordinatrices ainsi que de formes législatives dans l'exercice de la coordination.pl_PL
dc.description.sponsorshipDigitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016pl_PL
dc.language.isopolpl_PL
dc.publisherWydział Prawa i Administracji UAMpl_PL
dc.rightsinfo:eu-repo/semantics/openAccesspl_PL
dc.titlePojęcie koordynacjipl_PL
dc.title.alternativeLe concept de coordinationpl_PL
dc.typeArtykułpl_PL
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1967, nr 3

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
008 MACIEJ KIEREK RPEiS 29(3), 1967.pdf438.82 kBAdobe PDFView/Open
Show simple item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.