Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/20719
Title: Kontakty dyrektora przedsiębiorstwa z jego załogą
Other Titles: Contacts of the Director of Business with the Staff
Authors: Łukaszewicz, Łucja
Issue Date: 1972
Publisher: Wydział Prawa i Administracji UAM
Citation: Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 34, 1972, z. 2, s. 235-248
Abstract: Le but de l'article est de présenter des données empiriques concernant les contacts du directeur d'entreprise avec le collectif de direction, avec les plus proches collaborateurs, avec le reste du personnel surtout en ce qui concerne la fréquence et les plans de contacts. L'article vise également à montrer certains effets de ces contacts par le biais du degré de satisfaction du personnel du travail accompli, à savoir: les exigences du travail, les conditions physiques du travail, le climat social de l'entreprise, les salaires et les prestations sociales, la perfection de la gestion de l'entreprise, la communication à l'intérieur de l'entreprise, les perspectives de développement et les liens avec l'entreprise. Les données qui constituent la base empirique on été obtenues au cours d'investigations dans des entreprises de l'industrie du meuble, c'est une étude de trois cas. Aucune généralisation ne doit et ne peut donc être effectuée. En plus le nombre de variables enregistrées dans l'étude est trop restreint pour que l'on puisse affirmer l'existence d'un lien exclusif entre le degré de satisfaction du personnel du travail accompli et le nombre des contacts entre ce personnel et le directeur. Voici quelques conclusions hypothétiques tirées de l'analyse des données: 1) L'une des causes du mécontentement dû au travail, est le fait que les préposés ne se sentent pas responsables de ce travail. 2) La direction change souvent ses décisions ce qui provoque une atmosphère d'insécurité et le besoin d'incessantes consultations avec le directeur. 3) On remarque, malgré l'existence d'un Registre d'Organisation de l'Entreprise, un manque de partage des fonctions. Entre autres, le directeur en chef opère souvent par catégories spécialisées, ce qui devrait être le cas pour son adjoint. 4) On remarque un manque de temps consacré à l'approffondissement des contacts. Les décisions sont souvent peu précises et pas toujours fondées. 5) Les sections de cadres auxquelles revient de mener une bonne politique des cadres, s'occupent avant tout de questions formelles. 6) Dans le travail avec les cadres hautement spécialisés il n'y a pas toujours une franche collaboration, mais une approche technique. Ces cadres jugent que, la standardisation et le conservatisme abolissent toute ambition. 7) Les contacts du directeur avec le collectif sont souvent l'objet de sensation dans l'entreprise, surtout dans les entreprises où on ne veille pas à l'harmonie, la loyauté', où les calculs concrets ne sont pas au premier rang. 8) Il manque une information organisée avec le canal de gestion et d'exécution. Dans beaucoup de cas on donne des informations imprécises, on ne respecte pas l'ordre des différents noyaux dans la communication des informations ce qui provoque une désinformation. 9) Pour bon nombre de questions on convoque des groupes de personnes incompétentes ce qui provoque un gaspillage social de temps, phénomène appele par les directeurs „supportage".
Sponsorship: Digitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016
URI: http://hdl.handle.net/10593/20719
ISSN: 0035-9629
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1972, nr 2

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
016 ŁUCJA ŁUKASZEWICZ.pdf724.5 kBAdobe PDFView/Open
Show full item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.