Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/18942
Full metadata record
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorNiedbała, Zdzisław-
dc.date.accessioned2017-07-22T17:37:27Z-
dc.date.available2017-07-22T17:37:27Z-
dc.date.issued1971-
dc.identifier.citationRuch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 33, 1971, z. 2, s. 33-49pl_PL
dc.identifier.issn0035-9629-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10593/18942-
dc.description.abstractLe soulèvement des qualifications professionnelles des employés est l'un des facteurs qui permettent le développement intensif de l'économie nationale. Le niveau des qualifications professionnelles décide également de la qualité du travail ainsi que de l'intérêt porté par les employés aux questions liées à la gestion de l'entreprise. L'accroissement des qualifications des employés concerne donc la société entière. La Constitution de la République Populaire de Pologne assure aux employés la possibilité d'accroître leurs qualifications professionnelles. Des actues juridiques de rang inférieur concrétisent cette décision de la Constitution. Ils déterminent les obligations des entreprises de travail envers les employés en cours d'éducation, telles que: l'exemption du travail, le remboursement des frais de transport jusqu'à l'école etc. Cependant jusqu'ici le système d'organisation du soulèvement des qualifications professionnelles laisse encore à désirer. Avant tout les privilèges des employés en cours d'éducation ne sont pas déterminés d'une façon suffisamment précise. Cela provoque une application pratique de diverses 'interprétations, parfois au désavantage de l'employé. Aux obligations des entreprises envers les employés ne correspondent que très peu d'obligations de ces employés envers les entreprises. Il arrive souvent que l'employé ayant terminé son éducation quitte son entreprise. Il serait utile de considérer l'obligation de l'employé de rester dans l'entreprise pendant 3 à 5 ans après ses études. De plus apparait le besoin de lier plus étroitement au sein de l'entreprise, le soulèvement des qualifications des employés et leurs possibilités d'avancement. Jusqu'ici dans le cadre du droit du travail polonais, l'accroissement des qualifications ne donnait pas droit à l'employé à une augmentation de salaire, ou à une place de rang supérieur. Un tel état de choses semble en principe convenable. Il faut cependant considérer le soulèvement des qualifications comme la condition fondamentale pour l'obtention d'une avance dans l'entreprise de travail.pl_PL
dc.description.sponsorshipDigitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016pl_PL
dc.language.isopolpl_PL
dc.publisherWydział Prawa i Administracji UAMpl_PL
dc.rightsinfo:eu-repo/semantics/openAccesspl_PL
dc.titleProblemy prawne podwyższania kwalifikacji przez pracowników jednostek gospodarki uspołecznionejpl_PL
dc.title.alternativeLegal Problems of Improving the Qualifications of Employees in Nationalized Economypl_PL
dc.typeArtykułpl_PL
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1971, nr 2

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
004 ZDZISŁAW NIEDBAŁA.pdf508.38 kBAdobe PDFView/Open
Show simple item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.