Please use this identifier to cite or link to this item: https://hdl.handle.net/10593/20718
Title: Pozycja społeczna kobiety pracującej zawodowo jako przedmiot badań socjologicznych
Other Titles: The Social Standing of Professional Women as a Matter of Sociological Research
Authors: Roguszka, Maria
Issue Date: 1972
Publisher: Wydział Prawa i Administracji UAM
Citation: Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny 34, 1972, z. 2, s. 249-261
Abstract: L'auteur s'occupe des conséquences méthodologiques provenant de l'adoption d'une conception définie du concept de „position sociale". Car ces conséquences sont particulièrement importantes lorsqu'il s'agit de décrire la position sociale actuelle de la femme exerçant une activité professionnelle. Le partage des rôles féminins et masculins dans la société, découlant de la tradition, ramenait la fonction de la femme avant tout au fait de veiller sur la famille. De nos jours cette fonction est élargie et l'activité professionnelle de la mère est même parfois considérée comme une façon de veiller sur la famille. Il ne fait aucun doute que tant que la femme limitait ses occupations au foyer et à la famille, sa position sociale ©tait relative et étroitement liée à la position de la famille qui, de son côté, prenait place dans l'échelle sociale bas-haut en fonction de la position de l'homme qui en était le „chef". Si l'on emtreprend des considérations sur la position de la femme exerçant une activité professionnelle, il faut avant tout déterminer les critères selon lesquels on peut juger de cette position. Il est bien entendu que si on se concentre sur la femme en tant qu'employée, sa position liée au rôle de maîtresse de maison n'est intéressante qu'à un degré moindre. On ne peut cependant en aucun cas éliminer ce facteur car ce n'est qu'en considérant conjointement ces deux variables qu il est possible de se faire une idée sur la position réelle de la femme au sein de la société globale. Car si la femme restant au foyer était, selon la conception traditionnelle, traitée et jugée dans la société en fonction des obligations et des rôles sociaux endossés par son mari, au jourd'hui sa situation est différente: d'une part elle continue à être jugée de la même manière par un certain nombre de personnes (malgré son activité professionnelle) mais d'autre part elle est traitée, récompensée et jugée uniquement en fonction de ses mérites personnels et de son activité dans la production. L'existence d'un lien étroit entre la position de la femme dans l'entreprise de travail et sa position au sein de la famille nous permet d'admettre que les modifications dans le processus de production, entraînant entre autres l'activité professionnelle de la femme, modifient également leur position aussi bien à l'échelle de la macro- que de la microstructure sociale. D'une façon générale, dans les études sur la position sociale actuelle de la femme exerçant une activité professionnelle, on prend en considération las facteurs suivants: 1) la profession de la femme ainsi que le caractère de cette profession et également l'emploi des femmes en général (selon l'âge et le nombre d'enfants), selon les lieux de travail et les professions, selon l'importance des rémunérations etc . . . ) ; 2) le niveau d'instruction des femmes dans une société donnée et les modèles d'éducation qui y sont en vigueur; 3) l'étendue des pouvoirs de la femme (dans la famille et aux postes sociaux); 4) la participation des femmes dans les institutions sociales, culturelles et politiques d'une société donnée (entre autres les formes de loisirs et les formes de consommation); 5) le prestige social de la femme (provenant aussi bien de l'activité publique que de l'activité familiale); 6) les comportements symboliques et les traits caracteristiques (entre autres la manifestation de la féminité); 7) les points de vue sociaux et les opinions concernant les rôles sociaux des femmes; 8) l'importance des revenus personnels de la femme. La position sociale de la femme laborieuse d'aujourd'hui est étroitement liée d'une part aux obligations qui lui sont dictées traditionnellement par la société c'est à dire les obligations de maîtresse de maison, mais d'autre part à la participation réelle dans le processus de production.
Sponsorship: Digitalizacja i deponowanie archiwalnych zeszytów RPEiS sfinansowane przez MNiSW w ramach realizacji umowy nr 541/P-DUN/2016
URI: http://hdl.handle.net/10593/20718
ISSN: 0035-9629
Appears in Collections:Ruch Prawniczy, Ekonomiczny i Socjologiczny, 1972, nr 2

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
017 MARIA ROGUSZKA.pdf497.16 kBAdobe PDFView/Open
Show full item record



Items in AMUR are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.